« Désormais il avait cessé de paniquer à la vue des camionnettes d’expulsion… »

« Lorsque Muchabbab l’a guéri de sa phobie de la police et des expulsions, le Bouc a vécu un bouleversement existentiel: il s’est mis à errer dans les rues de La Mekke pour explorer la ville à sa guise. 

Désormais, il ne ressentait plus le besoin de se cacher et avait cessé de paniquer à la vue des camionnettes d’expulsion […] et il se sentait aussi libre que les grains de poivre noir qu’il aimait à faire éclater sous ses dents.

[…]

Ce qui le stimulait le plus, c’était de sortir de son périmètre familier pour aller visiter les marchés de la périphérie et s’abandonner à la cohue de cette foule bigarrée, où coexistaient toutes les nationalités. Il avait l’impression de s’y fondre comme s’il était mastiqué par une mâchoire géante. Il se délectait d’offrir son corps à cette pâte humaine qui le bousculait et le portait. Il ne levait jamais les yeux pour dévisager quiconque, ayant compris qu’il était habité par des fragments de ces corps. » 

———-

Extrait du roman de la Saoudienne Raja Alem, « Le collier de la colombe », traduit de l’arabe par Khaled Osman, Stock (La Cosmopolite), 2012, réédité en poche Points, 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *